force_allie44

force allié

N'oublie pas les morts alliés qui ont sauvé la France 🇫🇷👌 🔵⚪️🔴 14-18/39-45 Membre du compte @world_wars_history_14_45

Loading...
Une pièce d'artillerie de 8 pouces de la British Army inspectée par le général français Alphonse Georges à Béthunele 23 avril 1940.
le 15 juillet 1918, les Allemands attaquent à nouveau en Champagne. Cette fois, il n'y a aucun effet de surprise car l'attaque est connue des Alliés qui attendent les Allemands. Le 18 juillet 1918, les Alliés passent à la contre-attaque sur la Marne appuyée par un millier de chars et des centaines d'avions. Le 8 août 1918, les Alliés lancent une offensive à l'est d'AmiensPour la première fois, les Allemands montrent des signes de défaillance. Des unités entières se rendent, le moral est bas. Fin août, l'armée allemande est de retour sur la ligne Hindenburg. Les Alliés disposent à présent de réserves et de nouveaux matériels avec les chars et les avions en nombre. Le général en chef français Foch lance 4 offensives les 26, 27, 28 et 29 septembre 1918. Le front allemand menace rapidement de s'effondrer. Pour la première fois, le haut commandement allemand envisage l'armistice.
La bataille des Frontières désigne l'une des premières phases de combats de la Première Guerre mondiale sur le front Ouest en août 1914, juste après la mobilisation des différents belligérants. Comme il s'agit d'une expression française, le terme désigne la série d'affrontements entre les troupes allemandes et franco-britanniques le long des frontières franco-belge et franco-allemande, sur une période allant du 7 au 23 août 1914.Elle comprend plusieurs zones de combats : d'une part en Haute-Alsace(batailles de Mulhouse et de Dornach), dans les Vosges (bataille du Donon, etc.) et sur le plateau lorrain (batailles de Morhange et de Sarrebourg) où les Allemands repoussent les offensives françaises, d'autre part dans l'Ardennebelge (bataille des Ardennes) et le sillon Sambre-et-Meuse (batailles de Charleroiet de Mons) où les Français, les Belges et les Britanniques sont enfoncés par l'offensive allemande. Les victoires allemandes, notamment en Belgique, entrainent à partir du 23 août la retraite de l'aile gauche française et de la petite armée britannique jusqu'en Champagne : c'est la Grande Retraite, qui se termine par la bataille de la Marneau début de septembre. En Lorraine, le front se stabilise sur la même période.
Le 9 août 1945, trois jours après l’attaque nucléaire sur Hiroshima, le pilote américain Charles Sweeney, décolle des Îles Mariannes du nord à bord d’un B29 et survole la ville de Kukora sur laquelle il doit larguer sa bombe. La météo nuageuse du jour l’empêche d’établir le visuel sur cette ville du nord de l’Île de Kyushu qui abrite un puissant arsenal militaire. Il doit se détourner finalement vers le centre industriel le plus proche, Nagasaki, situé à quelque 200 kilomètres au sud-ouest. À 11 h 02, il largue la bombe A au-dessus de la Cathédrale Sainte Marie d’Urakami, principal lieu de culte catholique de la ville. L’arme atomique surnommée « Fat man » explose à environ 550 mètres d’altitude, dégageant un immense nuage multicolore et provoquant la mort instantanée ou presque de 40 000 personnes et autant de victimes les mois suivants. Parmi elles, au moins 2 000 travailleurs forcés coréens et une poignée de prisonniers de guerre
il s'agit du soldat Joseph E. Day qui baptisa ce chiot "Invasion" je l'ai apris dans le livre d'Eric Rondel "les americains en normandie été 1944"Il porte un casque allemand.
M36 Jackson tank destroyer
1941 m7 Priest 105mn Gun motor carriage
Soldats anglais en train de fêter noël sur le front , en 1916. Je vous souhaite de bonnes fêtes.
Verdun : la bataille des 300 jours et 300 nuits • Verdun figure parmi les plus grandes batailles de l’Histoire de France, par sa durée (bataille des trois cents jours et des trois cents nuits), par son bilan (162 000 morts Français, 143 000 morts allemands, 400 000 blessés et disparus) et les conditions de combat. - En subissant un pilonnage incessant d’artillerie lourde, Verdun annonce la guerre industrielle dans toute son horreur en même temps qu’elle reste une guerre médiévale (chevaux, infanterie, fusils à baïonnettes, corps à corps…). C’est un paysage de ruines. Des soldats livrés à eux-mêmes, égarés au fond des cratères d’obus (60 millions tirés sur 15 000 ha). Saleté et soif, froid et humidité, folie et hurlements. - La bataille, c’est aussi trois cents villages détruits, dont neuf jamais reconstruits sur la zone de combat, et Verdun détruite à 50 % (elle sera reconstruite en partie avec des fonds britanniques). - La bataille est lancée par le général en chef des armées allemandes, Falkenhayn, qui espère faire tomber ce haut-lieu symbolique (Verdun est un des plus anciens évêchés et villes de France ; y fut signé le traité qui divisa l’empire carolingien entre les trois fils de Charlemagne, en 843) et nœœud de communication stratégique dominant la plaine de Woevre. «Nous allons prendre Verdun puis nous ferons la paix», clame le Kronprinz.
Soldat américain parachuté en Normandie ,en juin 1944
Soldats français.Paris 14 juillet 1917
Canadiens en Italie: Les soldats canadiens inspectent une mitrailleuse MG 34allemande capturée . Avec une cadence de tir allant jusqu'à 900 coups par minute, le tir était beaucoup plus rapide que son homologue de l'armée canadienne, le fusil mitrailleur Bren .
Résistants français Observé par deux garçonnets, membre des Forces Françaises de l'Intérieur (FFI)avec son fusil-mitrailleur BREN àChâteaudun , Eure-et-Loir(France).
Soldats américains entrain d'avancer prudemment dans une forêt
L'un des premiers modèle de mortier (Fusil spécial Guidetti, le mécanisme de tir d'un fusil gras sur lequel à été fixé un tromblon de 77mm qui servira d'artillerie de tranchée) #worldwarshistory
Soldats américains pendant une communication radio en Normandie.Ils sont dans un trou d'obus.
Soldat canadien dans une campagne d'Italie pendant la seconde guerre mondiale
Français attaquant une position allemande lors de la bataille de verdun ,en France 1916
next page →